Derrière les longues heures passées dans les queues pour les prélèvements en vue d’un test PCR du coronavirus et les nombreux jours d’angoisse dans l’attente des résultats, se cache tout un processus complexe qui se joue dans les laboratoires.

La réalisation des tests PCR est un travail minutieux et laborieux qui requière des qualifications spécifiques, la maîtrise de différentes techniques et de la manipulation de l’outillage de laboratoire mais aussi et surtout une disponibilité accrue et un véritable dévouement personnel.

Prélèvement

Chaque échantillon prélevé par les spécialistes au niveau des centres dédiés est immédiatement transférer de l’écouvillon dans un tube. Le biologiste agite ensuite le tout afin que le virus (s’il est présent) contamine l’ensemble du liquide.

Cela facilite et accélère son identification. Le tube est placé dans un rangement hermétique et acheminé en un temps record vers le plateau technique du laboratoire d’analyses médicales.

Arrivée sur le plateau technique du laboratoire

Une fois sur les lieux, les techniciens procèdent à un contrôle de la conformité des étiquettes et des prélèvements. Les tubes sont ensuite triés par ordre de priorité. Les échantillons appartenant à des personnes identifiées par les autorités comme ayant été fortement exposées doivent absolument être traités au plus tôt.

Ces cas sont de plus en plus nombreux. Les techniciens de laboratoire se retrouvent, donc, très souvent débordés. Les tubes sont pris en charge par série.

Inactivation des échantillons

Avant l’analyse, les techniciens doivent soumettre les échantillons à une incubation à 60°C pendant une demi-heure pour désintégrer le virus. Cela permet d’éviter les contaminations des techniciens durant les manipulations.

Les laboratoires sont très bien sécurisés et les techniciens portent des équipements de protection individuels. Toutefois, les laboratoires veillent à renforcer la sécurité des techniciens.

Réalisation proprement dite du test PCR et interprétation des résultats

Lorsque les échantillons ont été inactivés, les techniciens passent à l’extraction du matériel génétique. Les experts se chargent de déposer les échantillons sur des plaques puis l’opération d’extraction est réalisée par des automates.

Les techniciens reprennent, ensuite, le relais pour effectuer l’étape clé du test PCR, à savoir la polymérisation en chaîne. Ce procédé consiste à faire de nombreuses copies de matériel génétique. L’ADN ou l’ARN est ensuite mis en contact avec des agents réactifs chimiques dans une autre plaque, à sceller puis à poser dans un thermocycleur.

Les extraits y sont soumis à des variations de température puis amplifiés en plusieurs cycles. Les résultats de ce processus apparaissent sous forme de courbes sur l’écran de l’ordinateur dédié. La présence d’une montée de courbes indique que l’échantillon est positif.

Les résultats sont alors transmis au biologiste qui s’occupe de valider l’interprétation et d’établir la conclusion. Le résultat est, enfin, envoyé au concerné.

Chaque jour, près de 1500 résultats sortent d’un plateau technique employant une dizaine de techniciens, sur plus de 10 000 prélèvements reçus. Les laboratoires font, actuellement, face à une hausse permanente des nombres de prélèvements à traiter et notamment à une augmentation des cas d’urgence, à traiter au plus vite.

Ces structures sont aussi confrontées à la problématique du manque de personnel en cette période de crise sanitaire. Elles peinent sérieusement à trouver des candidats qualifiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *