Dans le secteur de la grande distribution, le terme « industriels » recouvre aussi bien les usines de transformation agroalimentaires que les petits producteurs de produits frais bio locaux. Quelle que soit leur taille, ce sont eux qui fournissent aux enseignes de la grande distribution les produits de grande consommation qui se retrouvent dans le panier de la ménagère.

Une position d’intermédiaires qui exige de la flexibilité, mais qui s’avère capitale dans la chaîne logistique de la distribution. Le groupe Trace One, leader mondial de la collaboration entre industriels et distributeurs, accompagne les industriels pour développer leur activité.

Le défi de s’adapter aux besoins des consommateurs et de la distribution

Le premier défi auquel sont confrontés les industriels tient au timing extrêmement serré de la grande distribution. Face à des consommateurs de plus en plus exigeants et aux habitudes en constante évolution, le secteur dans son ensemble doit constamment se réinventer et mettre en rayon le plus rapidement possible des produits innovants et répondant aux attentes des Français.

Cette course contre la montre se met en œuvre dès les appels d’offres auxquels il faut être en mesure de répondre dans un délai très court, malgré des spécifications qui sont de plus en plus exigeantes et des recettes et formules de plus en plus complexes. La production et la logistique doivent suivre avec un contrôle de qualité permanent pour assurer une mise en rayon de produits optimaux dans le délai le plus court possible.

Cette exigence, qui est celle de l’ensemble du secteur de la distribution, est certes poussée par des enjeux de rentabilité et de réduction des coûts pour les distributeurs, mais aussi et surtout par le fait que les consommateurs sont de plus en plus exigeants à l’égard des produits qu’ils achètent. Comme l’explique Christophe Vanackère, le Directeur Général de Trace One, le rapport des Français à la grande distribution a changé en profondeur.

« Cette révolution est pour l’essentiel le fruit d’un grand mouvement de société issu des consommateurs eux-mêmes. Les Français opèrent depuis une décennie un retour profond à des modes de consommation plus durables, plus éthiques et meilleurs pour la santé », estime M. Vanackère, en faisant référence aux mouvements du consommer mieux, du local, mais aussi de l’environnement et de l’éco-emballage.

Autant d’exigences qui poussent les industriels à opérer une amélioration continue de leurs process de production afin de répondre à ces attentes diverses : moins de sucre et de sel dans les recettes, moins d’additifs et de transformation, transparence sur l’origine des produits, ou limitation de l’usage des plastiques non-recyclables pour le packaging.

C’est la raison pour laquelle de nombreux industriels se tournent vers les outils logiciels développés par Trace One, comme Trace One PLM, qui permet d’accélérer et d’optimiser le développement de PGC de manière collaborative, Trace One Insight, un outil d’analyse à 360 degrés des données-produits, ou Trace One Compliance, pour le suivi des certifications et des audits.

Se faire connaître sur un marché mondial

La mondialisation est à la fois une opportunité gigantesque et un labyrinthe qui peut paraître indéchiffrable pour les industriels, qui peuvent répondre à des appels d’offres en Amérique ou en Asie, mais qui doivent également faire à des concurrents venus du monde entier. Christophe Vanackère relate une anecdote illustrant cette réalité.

Son groupe, Trace One, qui propose des logiciels d’accompagnement pour les industriels et les distributeurs afin de faciliter leur collaboration, et qui a lancé une Marketplace, le plus grand réseau PGC au monde, spécialement conçue pour aider les industriels à faire connaître leur savoir-faire à l’ensemble des grands groupes de distribution mondiaux.

« Nos outils ont permis à de nombreux petits producteurs de développer leur activité en France et/ou à l’étranger. C’est notre métier d’accompagner les industriels dans leur croissance, quelle que soit leur taille », précise M. Vanackère, dont le groupe accompagne plus de 5000 industriels et la quasi-totalité des groupes de distribution français.

« Alors que les industriels travaillaient auparavant avec un ou deux distributeurs, nous en voyons qui travaillent aujourd’hui avec six ou sept. Le fait de collaborer avec de nombreux distributeurs sur le même outil leur permet de mutualiser les efforts et les investissements pour répondre rapidement et efficacement à des appels d’offres et à des cahiers des charges multiples », conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.