Afin de fidéliser les actionnaires, l’entreprise peut opter pour le versement de dividendes. Je vous livre plus de détails à ce sujet.

Les entreprises éligibles

Lors du bilan de fin d’exercice, une entreprise doit régler les charges et l’impôt sur les sociétés. Si l’entreprise est bénéficiaire, elle est en droit de répartir tout ou partie des bénéfices ou des profits aux actionnaires.

Deux options sont possibles pour les bénéfices. Ils peuvent être réservés pour réinvestir.

Ils peuvent être distribués aux actionnaires ou aux associés sous la forme de  dividendes.

Les structures juridiques autorisées

Il s’agit des sociétés anonymes ou SA, des sociétés par actions simplifiée ou SAS. Pour les SARL, il ne faut pas opter pour l’impôt sur le revenu s’il s’agit d’une SARL de famille.

Quant au SNC ou Société en nom collectif, il faut qu’il soit imposé au titre de l’impôt sur les sociétés. Pour les sociétés en commandite simple, les dividendes sont exclusivement destinés à la distribution aux associés commanditaires.

Les sociétés civiles doivent opter pour l’impôt sur les sociétés pour bénéficier des dividendes.

Les atouts proposés par les dividendes

Les entreprises reversent les dividendes afin de récompenser les actionnaires. Ces derniers peuvent conserver leurs parts dans la structure.

Iles peuvent également étendre leur participation pour apporter davantage de stabilité. Les dividendes constituent un indicateur positif de la situation économique de l’entreprise.

Cela permet de signaler aux marchés financiers que le résultat obtenu est satisfaisant. En outre, cette démarche a pour but de séduire de nouveaux actionnaires ou de participer à la hausse du titre pour une société cotée en bourse.

L’implication des actionnaires

Via une distribution généreuse des dividendes, l’entreprise s’attend à un réinvestissement des sommes allouées dans la structure. Ainsi, le financement de nouveaux projets est facilité afin d’optimiser la rentabilité.

De plus, l’attrait de nouveaux investisseurs favorise l’augmentation du capital.

Les principes à respecter

Il convient d’interroger les actionnaires sur la distribution des dividendes. Une partie souhaite une distribution annuelle.

Une autre préfère le réinvestissement du solde pour rehausser la valeur du titre. Les règles de la répartition obéissent à la proportion du capital détenu par chaque actionnaire.

Dans la pratique, cela dépend des statuts de la société. Il est permis de faire appel à des dividendes résiduels via une part limitée des bénéfices.

Quant aux dividendes stables, ils sont liés à un montant ou une augmentation fixe et annuelle. Retrouvez d’autres dispositions ici.     

Crédit Photo : bourseensemble.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.