Des solutions sont disponibles pour assurer une retraite décente pour les chefs d’entreprise. Je vous invite à les connaître.

Le PERP en question

Le Plan d’Epargne Retraite Populaire est un contrat individuel. Il repose sur le paiement de cotisations régulières.

A l’âge de la retraite, l’épargnant dispose d’un revenu régulier en supplément. Il est proposé telle une rente viagère.

La rente est soit partielle ou totale. Si elle est partielle, elle est complétée via le versement d’un capital avec un montant limité à 20 % de la valeur du PERP.

Le montant des cotisations est libre. De plus, le montant est déductible à raison de 10 % des revenus professionnels.

Sauf situation d’exception, les cotisations sont indisponibles jusqu’au départ à la retraite. L’intégralité du capital peut être utilisée pour l’achat de la résidence principale.

Le contrat Madelin

Cette loi de 1994 permet d’alimenter de manière régulière pour profiter d’un revenu complémentaire, à titre de rente viagère. Ce dispositif autorise la réduction des cotisations versées des revenus imposables.

Face à la régularité du montant et de la périodicité, un versement annuel est nécessaire jusqu’à la cessation de l’activité. La loi Madelin s’adresse aux travailleurs non-salariés.

Ainsi, ces cotisants peuvent percevoir des compléments de retraite et de prévoyance.

Le cas de l’assurance vie

Les cotisations sont libres. A l’échéance, le cotisant peut utiliser le capital ou obtenir le versement d’une rente.

Pendant tout le contrat, les intérêts ne sont pas soumis aux impôts. Les retraits d’argent bénéficient d’une exonération d’impôt pendant 8 ans.

De plus, la somme épargnée n’est pas bloquée. Deux sortes de contrat constituent l’assurance vie.

L’investissement en obligations constitue le contrat en euros. Quant au contrat en unités de compte, il est investi sur les marchés financiers.

La prise en charge des cotisations par l’entreprise

Il s’agit des contrats de retraite à cotisation. Ce dispositif autorise le dirigeant sous statut d’assimilé salarié de profiter d’un contrat d’assurance collectif.

Le complément de revenus est perçu comme une rente viagère lors du départ à la retraite. Les cotisations prises en charge par l’entreprise sont déductibles du bénéfice du contrat imposable.

De plus, les droits demeurent acquis même si les versements des cotisations sont stoppés dans le cadre de l’entreprise. Les sommes sont indisponibles jusqu’au départ à la retraite.

Quant au Plan Epargne Entreprise, il propose le versement de sommes sur un portefeuille de valeurs mobilières. L’abondement de l’entreprise est exonéré de cotisations sociales.

Il est déductible du bénéfice imposable. Retrouvez d’autres sujets ici.

Crédit Photo : selexium.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.