Face aux ressources qui deviennent de plus en plus rares, les entreprises se tournent vers des valeurs socio-économiques liées à l’environnement. Je vous livre les grandes lignes de cette nouvelle politique.

Les défis qui attendent les entreprises

Au niveau de la maîtrise des coûts, il faut s’attendre à une hausse des coûts d’approvisionnement en matières premières ainsi qu’une hausse des coûts de traitement de déchets. Par ailleurs, la fiscalité environnementale prend de l’ampleur.

Le modèle économique des industries, qui consomment beaucoup de ressources, risque de connaître des lendemains difficiles.

La progression des modèles économiques classiques

Les habitudes de consommation connaissent un bouleversement. Cela passe par la consommation collaborative et l’ubérisation. En outre, plusieurs enjeux portent sur la durabilité et peuvent influer sur la réputation des entreprises.

Des consommateurs souhaitent des offres beaucoup plus intégrées avec davantage de performance.

Les autres challenges

En matière de réglementation évolutive, les acteurs économiques sont tenus d’optimiser leurs process. Ils sont constamment soumis à des contraintes réglementaires difficiles à anticiper.

En parallèle, les menaces environnementales et géopolitiques peuvent impacter  sur la notation des entreprises au niveau des marchés financiers et des assurances. La gestion du risque concerne la totalité de la chaîne de valeur.

Cela passe par une stratégie d’économie circulaire.

Les solutions possibles

Grâce à l’économie circulaire, les entreprises ont la possibilité de transformer les contraintes en opportunités. Cela permet de consolider et de remettre à jour le modèle économique existant.

Il faut passer par des boucles courtes en matière de valorisation des ressources. Il faut retenir la solution de l’éco-conception, le reconditionnement, sans oublier le remanufacturing.

Les potentialités au niveau du marché

L’économie circulaire permis d’aborder de nouveaux marchés. Elle permet une meilleure valorisation du capital immatériel de l’entreprise. Les modèles économiques novateurs reposent sur l’économie de fonctionnalités.

Dans ce cas, il faut substituer la vente d’un volume de biens ou de services en fournissant une performance dite d’usage.

La stratégie globale

Elle vise le couplage des objectifs économiques traditionnels d’entreprise avec la production de pactes sociaux et environnementaux performants. Cela permet de renforcer la réputation d’entreprise et l’ancrage sur le territoire.

Elle permet l’accès aux financements innovants ainsi qu’à la commande publique. En matière d’adaptabilité, l’entreprise est plus compétitive au niveau concurrentiel.

Cela lui permet d’étendre son champ d’action avec les institutionnels et les entreprises de secteurs d’activités différentes comme les jeunes pousses.

Sur le long terme, il convient d’adopter une vision stratégique et structurée.

Retrouvez d’autres thèmes ici.

Crédit Photo : apc-paris.com & lecho-circulaire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.