Une grande entreprise américaine de relations publiques située à Washington aurait été à l’origine d’une opération de propagande sur les réseaux sociaux.

Elle se serait appuyée sur de faux comptes et pages pour répandre des fausses informations au nom des gouvernements de droite soutenus par les Etats-Unis d’Amérique latine, tout en déployant une propagande secrète pour déstabiliser les gouvernements de gauche en Bolivie, au Venezuela et au Mexique.

La société à l’origine des campagnes, CLS Strategies, a signé un contrat pour représenter la junte d’extrême droite bolivienne et fournir des conseils en communication stratégique en vue de l’élection dans ce pays.

Après être arrivé au pouvoir par un coup d’Etat militaire soutenu par les Américains en novembre 2019, le régime bolivien a retardé les élections à plusieurs reprises pour des motifs trompeurs.

Promouvoir l’opposition

CLS Strategies a utilisé son réseau de faux comptes et pages pour promouvoir la propagande au nom de l’opposition de droite du Venezuela et du régime de coup d’Etat parallèle soutenu par le gouvernement américain.

Certains des profils Facebook et Instagram gérés par la société se sont même présentés comme des soldats vénézuéliens mécontents et ont appelé les membres des forces armées à se rebeller contre leur gouvernement socialiste.

D’autres pages ont prétendu être dirigées par d’anciens partisans mécontents de dirigeants de gauche comme Evo Morales en Bolivie et d’Hugo Chavez au Venezuela.

La société basée à Washington a également rempli les médias sociaux de désinformtion diabolisant le président de gauche mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador et son parti Morena, qui sont de plus en plus attaqués par les forces de l’oligarque de droite.

Sur Faceobook, la firme a dépensé près de 3,6 millions de dollars en publicité pour promouvoir cette propagande. CLS Strategies a des liens étroits avec le gouvernement américain.

L’entreprise emploie d’anciens fonctionnaires du gouvernement comme Mark Feierstein, qui a supervisé la politique de l’Amérique latine pour la Maison Blanche durant le mandat d’Obama.

Les personnes dirigeant cette entreprise

Un autre conseiller principal de CLS, David Romley, a travaillé comme porte-parole du Pentagone, attaché de presse du secrétaire à la Défense et officier des affaires publiques pour le Corps des Marines américain.

Avant de rejoindre CLS, Romley a également occupé le poste de vice-président des communications au German Marshall Fund, un important groupe de réflexion de l’époque de la guerre froide financé par le gouvernement américain et l’OTAN qui a joué un rôle essentiel dans la promotion de la nouvelle guerre froide contre la Russie et la Chine.

Un cofondateur de CLS, Peter Schechter, était également le directeur fondateur du centre d’Amérique latine, l’Atlantic Council, qui est financé par les gouvernements américain et britannique et l’Union européenne et agit en tant qu’organe de facto de l’alliance militaire de l’OTAN.

Selon les listes publiques de la société de relations publiques, ainsi que les dépôts de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers examinés, CLS Strategies a travaillé pour les forces politiques de droite d’Argentine, de la Bolivie, de l’Honduras, du Brésil et de la Colombie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *