La télégrève constitue une manière de manifester de manière virtuelle. Je vous propose d’en apprendre plus sur ce mode d’engagement différent.

Une tendance accélérée par la pandémie

Le basculement vers le numérique consiste à mobilier autrement les travailleurs. En effet, l’année passée a mis à mal un 1er mai déjà moins suivi.

Le syndicat Force Ouvrière ou FO a mis en avant pour 2021 des vidéos incluant des témoignages ainsi qu’un diaporama disponible sur les réseaux sociaux. Cette démarche permet de séduire davantage de jeunes.

Pour sa part, la CFDT a également adopté un parcours parallèle. Ce syndicat ne manifeste jamais dans la rue au cours du 1er mai.

Pour 2021, le syndicat organise un échange en direct via la visioconférence avec les salariés. D’autres évènements virtuels impliquent les logiciels teams ou encore zoom.

Une création de lien complexe

Pour autant, la création de liens avec les messageries électroniques n’est pas une tâche aisée. En effet, la plupart des dirigeants d’entreprises communiquent rarement les adresses des salariés.

Dans la réalité, cela relève de la confidentialité des données. Pour l’heure, les syndicats doivent se résoudre à un espace virtuel sur l’intranet de la société afin d’afficher les informations des centrales.

Malheureusement, l’interaction n’est pas disponible. La CGT va œuvrer pour se réinventer et chercher d’autres modes de revendication.

Les autres initiatives

Face à un plan de restructuration, les salariés du groupe IBM ont observé une télégrève le 16 avril 2021. En fait, cela revient à effectuer un débrayage du télétravail.

Par ailleurs, une invasion numérique a eu lieu. Pour ce faire, une centaine de salariés s’est imposé au comité social et économique en ligne.

Au 27 avril 2021, une intersyndicale de Thales a effectué une mobilisation virtuelle. Cette intersyndicale intègre FO, le CGT, la CFE-CGC.

Elle cible l’obtention d’une meilleure répartition des profits. Le pari a connu un réel succès.

En effet, l’assemblée générale virtuelle a rassemblé environ 600 salariés des sites de Toulouse et de Cannes via une connexion en ligne.

Un regain observé auprès des syndicats

Ces initiatives ont démontré aux travailleurs l’utilité de faire partie d’un syndicat. Durant les confinements, la CGT a mis à leur disposition des numéros d’appel gratuit au sein des entreprises.

L’idée a connu un franc succès. Par ailleurs, les syndicats ont profité d’une meilleure image durant la crise sanitaire.

Les français ont accordé leur confiance à raison de 47%, soit une hausse de 6 points. Le patronat engrange également des adhérents durant la pandémie.

Des secteurs comme l’évènementiel ainsi que le monde du spectacle ont reconnu les apports d’un syndicat. Retrouvez d’autres sujets ici.  

Crédit Photo : latribune.fr & rtbf.be

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.